Archive | Ambush Marketing RSS for this section

La saga Welcom’ Agency : rendez-vous avec Ludovic, chef de projet marketing

Dans la sage Welcom‘, vous pensiez bien qu’on allait pas se limiter à ne questionner qu’un membre… Après Arnaud Jean, directeur, nous retrouvons aujourd’hui Ludovic, chef de projet marketing chez Welcom‘.

Hellow Ludovic, résume-nous un peu ta vie s’il-te-plaît !
Ludovic, 24 ans, jeune passionné de mode ! Aime l’humour, le cinéma. Adore Beigbeder (au risque de faire cliché !) et déteste J. Séguela ! 

Niveau études, comment ça s’est passé ?
Après une année de psychologie (et surtout après avoir compris que ce n’était pas pour moi), je me suis redirigé vers un BTS Communication des Entreprises (incluant stages cinéma art et essai, imprimerie et cité des métiers). J’ai  ensuite décidé de partir un an en Ecosse pour parfaire mon anglais et vendre des kilts (pour mon plus grand plaisir). Suite à cette virée écossaise j’ai opté pour une licence information et communication à l’université Paul Valéry à Montpellier. Et me voilà donc parti vers la ville étudiante ! A l’occasion de mon stage de fin d’études, j’ai été sélectionné par l’agence Welcom’, un stage qui m’a beaucoup apporté en terme de communication alternative. Après l’obtention de ma licence, j’ai entrepris un master management et stratégie d’entreprise, master que j’effectue en alternance…. au sein de l’agence Welcom’!

Décris nous tes principales missions chez Welcom’
Chez Welcom’, j’occupe le poste de chef de projet marketing, je travaille en collaboration avec les designers web et  les graphistes ainsi que les développeurs.
En résumé je me charge de réaliser l’analyse de chaque annonceur, de leur environnement concurrentiel et le meilleur : j’élabore en collaboration avec la chef de projet communication les stratégies créatives, concepts et autres baseline et noms de marque.

Une opé type : comment ça se prépare ?
Une opé type ? C’est le ruuuuuush ! En général le calendrier  qu’on élabore lors de la recommandation stratégique ne reflète pas souvent ce qu’il se passe en réalité, mais chez Welcom’ on apprend à travailler vite et bien !

Un projet sur lequel tu as vraiment aimé travailler ?
Depuis novembre, une marque de cosmétiques pour peaux noires a fait appel à nous pour construire sa marque, ses produits, sa com’, ses packagings… Et là, c’est vraiment génial de créer quelque chose qui va être commercialisé, l’évolution des propositions de packaging (ce qui se révèle parfois assez compliqué, parce que les annonceurs ne se laissent pas faire !) et c’est une expérience très enrichissante : voir nos idées évoluer, prendre forme, se rendre compte des relations entre agence et annonceur c’est très formateur. Bref en gros j’adore ce que je fais !

Pour toi, l’avenir de l’ambush sur les 10 prochaines années ?
Le problème avec l’Ambush est qu’il n’est pas encore très répandu en France… C’est EXTRÊMEMENT dommage car c’est une technique efficace et peu onéreuse de faire parler de sa marque. De plus, on rencontre des annonceurs souvent frileux avec ce concept marketing…. En ce qui concerne l’avenir de l’Ambush Marketing, je l’imagine florissant. Pourquoi? Parce qu’aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, ça marche à fond et sachant qu’en France, nous avons généralement entre 5 et 10 ans de retard sur les tendances… Dans 10 ans ce sera Ambush à tous les coins de rue !

Une campagne coup de cœur ?

Je n’ai pas réellement de campagne « coup de cœur », mais je peux peut être évoquer la communication de The Kooples que je trouve très réussie : sobre, efficace, régulière et un petit clin d’oeil à Beigbeder d’ailleurs qui pose pour The Kooples…. Pour promouvoir la sortie de son film, « l’amour dure trois ans ». Bref, j’ai trouvé ça génial, surtout le texte « Ensemble pour trois ans.Au moins. »

Merci Ludovic pour ta bonne humeur !
Le site de l’agence, c’est par ici.

La saga Welcom Agency : rendez-vous avec Arnaud Jean, directeur d’agence

Pour notre première rencontre de cette aventure bloggesque, nous avons interrogé Arnaud Jean, directeur de l’agence Welcom’, située à Aix-en- Provence, et spécialisée dans l’ambush marketing. Fort de sa spécialité juridique, Arnaud revient sur le rapport de l’ambush à la législation, en passant par son parcours scolaire et pro, les projets de l’agence…

Salut Arnaud, présente toi en quelques lignes si tu le veux bien !
Arnaud Jean, 30 ans, Directeur d’une agence de communication et étudiant en droit et sciences politiques à ses heures perdues (Doctorat > Thèse sur l’ambush marketing).

Quel est ton cursus scolaire et pro ?
Bac ES (avec mention s’il vous plait ! ), DEUG de Droit, Licence d’Éco, puis retour en droit avec une licence, Master en droit des affaires internationales, Master de droit économique, etc… J’ai bossé en parallèle de mes études pour les financer, et mon job était dans le domaine de la com’ (par le plus pur des hasards).

Pourquoi avoir fondé Welcom ? Pourquoi l’ambush ?
J’ai toujours eu envie de créer ma boite, avec ma philosophie, mes valeurs… Je pense que c’est une question de personnalité. Il faut aimer le challenge et la compétition…mais avant tout, je voulais savoir pourquoi me lever chaque matin.
L’ambush est une découverte en Master. J’ai tout de suite accroché avec le concept. Le marché me semblait (et me semble toujours) très prometteur. 

Comment se prépare une opé type ?
Impossible à expliquer… Non pas que je veuille garder quoi que ce soit secret mais c’est que chaque opé ne peut être qu’unique… Donc pas de plan, pas de formule magique… 

L’ambush nécessite une connaissance juridique approfondie : quels sont les obstacles qui peuvent se dresser dans la réalisation d’une opé ?
Oui, une connaissance juridique dans de nombreux domaines tels que le droit de la concurrence, le droit de la propriété intellectuelle, le droit des contrats, droit de la consommation… Bref, beaucoup de thématiques en droit des affaires ! Les obstacles sont nombreux (législation, règlement d’un salon ou d’un évènement…) et vont dépendre du contexte, de l’opération, de la stratégie, du lieux, des concurrents… C’est du sûr mesure !

Comment démarcher un client habitué à une com’ plus classique ?
C’est simple, il faut le bousculer… enfin je pense… malheureusement je n’ai peux pas vraiment développer davantage, je ne connais pas vraiment la réponse car 99% de nos clients sont venus d’eux-même nous consulter. Nous n’avons réalisé aucune prospection à ce jour ! (Mais on vas y réfléchir)

La plus belle opé réalisée par Welcom ?
Elle est en cours, donc je ne peux pas en parler… Désolé !

Quels sont les projets de l’agence ?
Dès le mois de mai, tous les mercredi soir c’est « BBQ » sur la terrasse… Plus sérieusement, un développement de l’agence à plus grande échelle, et la création de différentes « antennes », en commençant par Londres (en cours).

Merci Arnaud ces réponses !
Rendez-vous sur le site de l’agence

L. & C.

Prélude.

« Par opposition au marketing dit “traditionnel”, le marketing alternatif caractérise toute forme de communication ou d’opération publicitaire innovante ou non conventionnelle, développée hors des réseaux et médias classiques comme la télévision, la radio, la presse papier, l’affichage, ou détournant ces derniers de leur forme ou fonction première. » Wikipédia
Une définition simple et véridique pour une technique de marketing qui cache bien des surprises…

Le marketing alternatif est aussi synonyme d’arrêts de bus réaménagés, de passages piétons aux allures de frites, d’hommes et de femmes nues et emballés, de murs cascades, d’immeubles fendus, et de bien d’autres bizarreries urbaines.

Nous allons tenter de décrypter à travers ces posts les dessous de ces campagnes pour le moins originales, les réussites, les flops, un peu de théorie, des photos, de la vidéo, des intervenants, des témoignages…

Pourquoi avoir choisi un tel titre pour ce blog ? Inspiré d’une série humoristique canadienne dont nous tairons le nom, il semblait correspondre à ce type de marketing, qui repousse toutes les limites et font les gens s’interroger. Et aussi pour que la bonne humeur règne sur ce blog.

En vous souhaitant une très bonne lecture.

L. & C.